En prison sans peine

20101127-IMG_0059 (2)
20101127-IMG_0135 (2)
20101127-IMG_0411
20101127-IMG_0154 (2)
20101127-IMG_0067 (2)
20101127-IMG_0070 (2)
20101127-IMG_0151 (2)
20101127-IMG_0080
20101127-IMG_0113 (2)
20101127-IMG_0122 (2)
20101127-IMG_0432
20101127-IMG_0085 (2)
20101124-IMG_0171
20101124-IMG_0126
20101123-IMG_0019
20101123-IMG_9697
20101123-IMG_0046
20101123-IMG_0003
20101123-IMG_9739
20101124-IMG_9796
20101123-IMG_0060
20101124-IMG_0143
20101124-IMG_0134
20101124-IMG_9847
20101124-IMG_0110

Le CC2, la prison pour femmes de Phnom Penh a une capacité d’accueil restreinte à 200 femmes. Elles sont pourtant 400 à partager leur peine derrière les barreaux. Parmi elles, douze sont mères d’enfants de 0 à 6 ans et sept devraient bientôt accoucher. Trente huit enfants de moins de 6 ans, dont 11 nourrissons, sont actuellement « incarcérés » au Cambodge. En prison, ils sont sous le coup d’une loi qui autorise les femmes condamnées à la réclusion à garder avec elle leur enfant en bas âge. Derrière les barreaux, la surpopulation carcérale, la malnutrition et la violence sont le tout premier quotidien de ces « prisonniers innocents ».

Pour leur permettre de bénéficier d’un semblant d’enfance, des associations travaillent en partenariat avec le ministère de la justice. Une garderie a ainsi été ouverte dans l’enceinte du CC2. Depuis mars 2009, huit enfants y sont accueillis du lundi au samedi, de 8h30 le matin à 17h le soir. Une journée pour apprendre à lire et à écrire, à se laver et à manger, à dessiner et à jouer. A grandir, presque comme les autres.

Reportage réalisé en collaboration avec Delphine Barrais et Hana Levy